• Auteur : Jean-Marc
  • Date : 3 juillet 2003 (27 janvier 2004)

La réalité a besoin de vous

Le moins que l’on puisse dire ici c’est que l’auteur se pose des questions ! Sa réflexion qui prend comme point de départ, ou pretexte, le logiciel libre vous emmenera là où on ne l’attend pas toujours. Et de conclure par un souhait qui nous semble bien légitime [1].

Au départ je devais écrire un témoignage à Framasoft sur ma réception du logiciel libre, j’ai abandonné cette besogne.
Puis j’ai pensé qu’il serait bien de vanter le logiciel libre sous le signe de la qualité et j’ai commencé à trouver cela absurde conforté par la lecture des textes de la librairie « l’esprit du libre ».

Absurde !? Oui.
Je me pose des questions quand je lis les textes publiés par des chercheurs ou non sur les logiciels libres. Je suis abasourdi par leur étonnement : « merde ! Le logiciel libre ça marche ! Même du point de vue économique, même les états s’y intéressent, même moi je m’y intéresse ! Donc je vais le transmettre et, pourquoi pas, l’enseigner aux autres. »
Cela me dépasse parce que cette réaction émotive, bien souvent dissimulée sous le couvert d’une longue analyse ou d’une thèse révèle quelque chose d’ahurissant : les mécanismes qui régissent notre monde sont si bien ancrés en nous qu’ils sont devenus plus que des convictions, ils sont devenus une réalité quasi indépassable et lorsque deux hurluberlus (Torvalds et Stallman) démontrent par A + B qu’une autre conception du monde est possible tout le monde se précipite pour voir le miracle !

Je me pose des questions parce que ces réactions émotives sont portées par des personnes qui se définissent comme ayant une certaine culture ou du moins qui se sont intéressées plus ou moins aux têtes de gondole de la culture : Platon, Aristote, Bible.
Mais que disent les auteurs de ces textes ?

Je me pose des questions lorsque l’on étudie comme une grande nouveauté venue d’on ne sait trop où l’organisation du logiciel libre : comment une communauté d’hommes répartie dans le monde et n’étant liés que par internet et par un programme spécifique ne répondant à aucune structure classique hiérarchique, commerciale et de contrôle, comment une telle communauté peut-elle réussir à développer des logiciels aussi fiables et stables ?
A croire que tout le monde a oublié ses cours de biologie, il me semble que la nature s’organise un peu de la même manière, on ne sait pas trop comment d’ailleurs (d’où de nombreuses recherches pour savoir comment) et cela donne un truc assez sympathique, la biosphère, à l’intérieur de laquelle il y a entre autres, l’être humain. C’est l’homme, sorte d’être humain fasciné par le pouvoir et le contrôle et tout plein d’occupations de ce genre, qui fait plutôt peur.

Et les scientifiques, genre hermaphrodite composite, fortement soupçonnés de prendre le prétexte de l’étude de l’être humain pour finalement vouloir en faire un nouvel homme, fidèles à leurs coutumes, se réclament prophètes des principes du libre échange des savoirs ou on le leur attribue, ben tiens !
Leurs recherches sont publiques mais quand il s’agit de vulgariser le liseur paye des droits d’accès à la lecture. La Société des auteurs compositeurs dramatiques à été créé par notre Beaumarchais national en 1777, la SACEM (société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) en 1851, la Société des gens de lettre par Balzac en 1838 (périodes où la société économique et ses rigidités actuelles prenaient leur essor). Et depuis quelques années la société civile des auteurs multimédia.
Et avant qu’y avait-il ?
Toutes ces sociétés ont été créées pour protéger les droits d’auteur et tout le monde voyait là du génie dans ses créations de sociétés surtout les financiers (les ayant droits) plus que les auteurs qui se sont perdus dans les méandres psychologiques de ce même droit d’auteur très séduisant qui « permet d’en vivre ».
La légende raconte, à propos de Beaumarchais, qu’il a créé cette société parce qu’il ne supportait par que les acteurs modifient le texte de ses pièces... Quel retournement de situation avec le logiciel libre ! J’ai envie d’en rire très fortement !

En outre ces études montrent aussi un questionnement soudain sur la notion de propriété. Qu’est-ce que cela ? Voici un espace défini dans un autre espace où apparaissent des bordures, des limites, des contours, des frontières créant ainsi un espace intérieur et un espace extérieur. Du tracé de ces limites, il est demandé soit de contourner ce nouvel espace, soit de payer un droit d’entrée pour le franchir ou d’exiger un comportement différent parce que cet espace n’obéit pas aux mêmes règles. Ces limites peuvent s’exprimer à la fois physiquement ou d’un point de vue immatériel.
Le oui et le non éducatifs qui servent à définir, à former ces limites. La bonne engueulade quand ces limites sont franchies, dépassées par nos enfants. Punitions ou gifles qui servent à la compréhension de la notion de lois même si ceux qui les donnent ne savent même pas ce que signifient ces actes. Et quand il n’y a plus rien à faire les institutions officielles remettent de l’ordre dans tout cela parfois avec l’aide de quelques économistes ou alors on devient anarchiste.

Absurde !? Parce que je ne m’intéresse pas qu’aux logiciels libres et que ce soit chez les anti-g8, anti-nucléaires ou autres anti ou pro, il y a toujours une directive ou française ou européenne contre laquelle il faut se révolter dignement puisque son but est de nous retirer de la liberté et donc nous pourrir la vie.
Au rythme où vont ces directives et à quelles types de minorités elles s’adressent, il faut se demander quel est le but réel de ces directives, leur signification et qui elles servent.

Je me pose des questions parce que l’homme ne peut pas s’empêcher de trouver l’autre, celui qui a tous les défauts du monde (le pamphlet « Piège dans le Cyberespace » en est l’exemple type). Et à force de le chercher on finit par le trouver puisque nous l’avons créé.
Quelle que soit la politique de Mcrsft, elle ne s’est pas auto-produite mais représente l’utilisation et la compréhension extrêmes des subtiles défauts de notre société et lorsqu’on montre avec autant de panache nos défauts, qu’on les exploite pour en faire fortune alors l’homme se retrouve nu, se retourne vers des valeurs plus louables, être humain, et rejette avec vigueur cet outrage : « Non ! Cela ne se peut. Ce n’est pas mon monde. Ce ne sont pas mes valeurs. » Et pourtant si. Mais cela reste insupportable potentiellement. Après tout Aristote a bien été le professeur d’Alexandre le Grand ;-)

Le plus incroyable dans tout cela ce sont ces mêmes valeurs de partage des connaissances, d’entraide en cas de difficultés de la part d’un utilisateur, en cas d’erreur du programme : tout le monde s’affaire à fabriquer, à construire un meilleur programme, un meilleur logiciel, à fournir une meilleure aide et des formats ouverts.
Mais lorsque je sors de ce doux monde idyllique. Ce que je vois ne ressemble pas à cela : où est l’entraide dans la réalité ? Où est le partage des connaissances ? Où est l’ouverture vers l’autre ? Qui est prêt à se dévouer corps et âme, à être un volontaire pour aider cette personne que l’on croise dans la rue et dont chacun sait qu’elle a un bug dans sa tête ?
Il n’y a quasi personne sur la liste d’attente et lorsque j’en parle, on me répond « Cela ressort des psy. » Quel désaveu ! Et ceux, celles que je vois dans la rue s’amassent en nombre depuis quelques semaines pour exprimer une colère réelle pour ne pas dire souffrance. Ceux qui en ont encore la force, parce que les exclus, eux n’en ont plus de forces, juste assez pour survivre et parfois croiser la route d’un camion.

Certes le logiciel libre est une réussite et prouve que l’être humain à d’innombrables ressources comme il a toujours su le faire mais j’aimerais que ces valeurs, qui pour l’instant restent attachées au monde intérieur de la séduction intellectuelle, s’exportent vers le monde réel. Parce que s’il y a autant de gens qui s’intéressent à ces principes de liberté, de partage des connaissances, d’entraide et d’ouverture vers l’autre alors venez dans la réalité la réalité a besoin de vous.
Si ces valeurs dans le monde informatique s’appellent logiciel libre dans la réalité ces valeurs se nomment amour.

P.S : s’il vous plaît, ne transformez pas cela en je ne sais quelle croyance ou religion ou encore en doctrine de type philosophique ou politique ; c’est une fâcheuse tendance de l’homme qui dure depuis quelques temps maintenant et ce n’est pas toujours très pertinent.

Merci.

Jean-Marc

[1] Référence de la photographie : Church Gate Station. Bombay, India, 1995. © Sebastião Salgado.

Commentaires

<< Poster un message >>
:: question :: précision :: avis :: commentaire :: bug ::

> La réalité a besoin de vous , le 21 août 2003 par melanie (1 rép.)

chapeau jean marc ! j’avais tapé en mot de recherche : réalité, car j’ai un travail à faire sur la psychose, et je suis tombée sur votre écrit.. étonnant ! d’abord j’ai commencé à le lire comme ça, grosso diagonale, comme d’habitude, et puis je m’y suis attachée un peu plus, excusez moi, juste parce que pour une fois, il n’y avait pas de faute d’orthographe dans une tribune libre... voyez à quoi ça tient ! ce que vous dites est une réflexion si juste à mes yeux, vos étonnements me rassurent, vos sauts de pensée redonnent vie à des mots qui n’en avaient plus guère, et même si je ne suis pas sûre que des doses massives de liberté bonifient le monde,bien qu’il en ait besoin comme de l’air bien sûr, c’est trop joli de dire : venez dans la réalité, la réalité a besoin de vous

-----> framasoft / écrit de jean marc juin 2003

>psychose, recherche et réalité sont dans une même barque l’un cherche ; que trouve-t-il ? , le 21 août 2003 par jean-marc

Bien, bien, bien,

Je le savais... Après avoir été une grotte (Mais ce texte aura tout de même fait raisonner quelque chose en moi. par jean-patoux), après avoir pensé à la place d’un/une anonyme (le Logiciel libre comme éducation à la citoyenneté, fallait y penser ! ) ; maintenant je sais que je ne fais pas de faute d’orthographe et que mon écrit s’attache à vous (mélanie).

Il y a des jours où je commence à me sentir génial...

Plus sérieusement :

Curieux ?! Vous recherchez le mot réalité et vous tombez sur moi alors que vous faites une étude sur la psychose ? Cela est tout à fait normal, je vous rassure. C’est une de mes principales qualités, que je sois pour chacun, chacune une sorte de miroir, de reflet, une sorte de moteur de recherche ultra perfectionné. Il ne vous reste plus qu’à trouver qui je suis. Mais ça c’est une autre affaire.

Néanmoins merci pour votre enthousiasme.

ps : je sais pas si j’ai fait des fautes car le correcteur de mon ordinateur est en panne.

à +

Répondre à ce message

> La réalité a besoin de vous , le 3 juillet 2003 (0 rép.)

personnellement, c’est la découverte du mode de fonctionnement des Logiciels Libres et des valeurs associées qui me forçe à changer et à me pousse à mettre mes actes dans la "réalité" plus en accord avec les valeurs qui me tiennent à coeur. le Logiciel libre comme éducation à la citoyenneté, fallait y penser !

Répondre à ce message

Merci à vous , le 3 juillet 2003 par Jean Patoux (0 rép.)

Je n’ai pas toujours tout saisi (ça doit être la fatigue) mais j’ai bien aimé le ton général de votre article.

C’est vrai que nous avons abusé avec le droit et la propriété. C’est vrai aussi que "Mcrsft", comme vous dites, n’est qu’un feu que nous avons nous-mêmes allumé.
Il n’empêche qu’on peut tout de même tout faire pour l’éteindre.

C’est similaire mais plus cruciale avec notre bonne veille planète Terre qui est bien mal en point écologiquement parlant.

Quant à la réalité, c’est un vaste débat.
Il peut m’ariver de passer la journée entière sans donner le moindre euro à toutes les sollicitations de la ville : mendiants, musique dans le métro, associations qui me demandent de l’aide par affiche publicitaire interposée, etc..
Et cette même journée me verra le soir bien au chaud chez moi connecté sur le net en train de rapporter un bug dans un logiciel libre ou d’informer les gens sur les méfaits des brevets logiciels.

Pour le moment je ne puis dépasser le stade du constat pour me dire : "c’est comme ça".
Je n’arrive pas vraiment à me juger. Mais ce texte aura tout de même fait raisonner quelque chose en moi.

Merci donc à vous en retour.

Répondre à ce message

Informations complémentaires

Faire un don ? (défiscalisé)

Faire un DON

Aidez-nous à atteindre notre objectif de 800 donateurs récurrents pour assurer notre pérennité et notre développement ! (nous n’y sommes plus très loin).

Je soutiens Framasoft pour 10€/mois

Informations générales